Espace privé d'expositions d'Art Contemporain

Pour cette première exposition personnelle à l’espace 001, Emmanuel Kervyn, présente un ensemble d’oeuvres dans une dualité papier/métal, une série de pièces qui se situent aux seuils de la lisibilité. Opérant des découpes et des incisions géométriques, au caractère souvent graphique, un alphabet imaginé par des segments tranchés dans le papier, des formes et des trames dans les filets des treillis découpés du métal.

L’oeil est constamment sollicité par des jeux optiques: les papiers incisés, la feuille de plomb ou les treillis découpés révèlent sans cesse de nouvelles formes. Les oeuvres oscillent entre mouvements alternés de noirs et blancs, de lumière et de vibrations.

Alphabets manquants, espaces, signes abstraits prennent forme au rythme de découpes minutieuses. Les dessins au marqueur sur papier faits de traits répétitifs s’entre-lassent, les tensions des vides, des incisions géométriques sur les surfaces créent des conditions poétiques renouvelées.

Il y a aussi des volumes faits de compressions de boulettes chiffonnées, insoumises et rebelles au format qui leur a été imposé pour faciliter la lecture d’un roman. L’idée d’une dématérialisation de l’objet par le geste; C’est le volume de pages déchirées et chiffonnées de ce que représenterait le contenu de ce livre qui s’offre à nos yeux et non son sens.

Relieur de profession, Emmanuel Kervyn est intéressé par la nature visuelle et graphique des matériaux existant dans leur apparence ordinaire. Il s’approprie cette matérialité pour explorer au- delà de l’utilité et peut-être lui redonner sens. Il accomplit des gestes répétitifs et précis pour trouver une forme de troisième dimension. Sa démarche idéelle repose sur l’observation, sur des jeux de langage, de formes et de constructions sémantiques, dans un va-et-vient du réel à l’imaginaire.